Bonjour Bonheur

Cie Les Bleus de Travail
Comédie burlesque

Spectacle en salle
dans une caravane* de 8m²

* La caravane est entièrement démontable.

Distribution
Créé et interprété par : Alexandre Demay et Sylvain Granjon
Aide à la mise en scène : Pierrot Bidon
Direction d’acteurs : Alain Veilleux
Décors : Tricyclique Dol
Publics
Tout public/famillial
scolaire/jeune public à partir de 6 ans
Durée
Tout public : 1h15
Version scolaire : 50 min
Médiation
Ateliers : nous consulter
Mentions
Coproduction et résidence de
création :
La Batoude à Beauvais, le Centre des Arts du cirque de Lomme, la ville de St Just St Rambert, les Bleus de Travail.
Avec le soutien : du théâtre d’Auxerre, du centre culturel Jean Arp et de la salle Horizon à Plédran.
Crédit photo : Les Bleus de Travail

Comédie Circo Burlesque

Peu à peu, le banal devient fantastique, le monde quotidien se disloque et la scène est envahie d’objets de cirque.

Le spectacle. Marcel, 1m50, vit avec Raymonde, 130 kgs. Dans leur caravane de 8m2 au mobilier bien coquet, ils mènent une petite vie tranquille, rassurante, cadrée, milimétrée. Sur une étagère trône Kiki, un chien empaillé que Raymonde caresse tendrement (le jour) et que Marcel nourrit en cachette (la nuit).

Un jour, Marcel ressort une vielle malle de spectacle. S'annonce alors une surprenante soirée.

Extraits de presse

Le Parisien : « Burlesque simplement. Une petite merveille de précision mécanique et sans temps mort. Un spectacle circo-burlesque qui va émouvoir et émerveiller. »

Le Figaro : « La roulotte, le petit nid du couple, est le siège de réjouissantes scènes. Ensemble, ils ont trouvé la formule qui caractérise leur spectacle : circo-burlesque. »

La Tribune : « Spectacle original et burlesque, il garantit une soirée pleine de rire et de bonne humeur. »

L'Yonne Républicaine : « Désopilant... Un très irrésistible duo. Avec humour, tendresse et poésie, « Bonjour bonheur » dépeint la vie en vase clos de Raymonde et Marcel. Hilarant de bout en bout. »

<>


Raymonde et Marcel, un couple irrésistible

Raymonde et Marcel n’ont aucun lien avec d’autres qu’eux-mêmes. Leur monde est un monde simple. Ils sont complémentaires, les rondeurs de Raymonde supportent les rêveries de Marcel. Ils oscillent entre l’illusion d’exister et la conquête difficile du rien.

C’est au rêve de lumière, de l’exceptionnel de la vie que l’on doit « Bonjour bonheur ». Le rêve se nourrit de métaphores ; de l’habitude surgit l’insolite.

S’ils ne parlent pas ou peu, c’est que leurs gestes expriment plus d’émotions et de tendresse que les mots. Ils sont gorgés d’expériences vécues qui s’expriment par des formes, des images, des mouvements.

Peu à peu, le banal devient fantastique, le monde quotidien se disloque et la scène est envahie d’objets de cirque...

Les Bleus de travail