Jetlag

Cie Chaliwaté
Voyage émotionnel en décalage...

Théâtre gestuel / Cirque

Présenté prochainement au
Festival d'Avignon OFF 2018
Au Théâtre des Lucioles
à 15h40


Distribution
Auteurs, Metteurs en scène et Interprètes : Sandrine Heyraud, Sicaire Durieux, Loïc Faure
Conception décor : Asbl Devenirs & Hélios asbl
Création sonore : Loïc Villiot & Loïc Le Foll
Création lumière & Direction technique : Jérôme Dejean
Regards extérieurs : Alana Osbourne & Katya Montaignac
Voix off : Sarah Chantelauze & Eric De Staercke
Publics
Tout public/familial
scolaire
Durée
1h
Médiation
Ateliers : nous consulter
Mentions
Avec l'aide : de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la Culture, Service général de la Création artistique, Service du Cirque, des Arts Forains et des Arts de la Rue, le Théâtre des Doms, le Centre Culturel Jacques Franck, l’Espace Catastrophe - Centre International de Création des Arts du Cirque, la Roseraie, le Théâtre Marni (Bruxelles), le Centre Culturel de Woluwé Saint-Lambert, Latitude 50 - pôle arts du cirque et de la rue, l’Odyssée - Théâtre de Périgueux, le BAMP, l’Atelier construction décor de Marchin - Devenirs Asbl, le Centre Culturel de Braine-L’Alleud, l’asbl MTP MEMAP, la commune d’Ixelles (Service Culture), KissKissBankBank, SACD, WBI, WBTD, Atelier Design. Avec le soutien de l’Atelier, une formation à la réalisation de décors - devenirs.be - latitude50.be
Crédit photo : Cie Chaliwaté

Théâtre gestuel / Cirque

Après Îlo, spectacle jeune public sur le thème du manque d’eau, et Joséphina, spectacle tout public sur la beauté et la difficulté du couple, plusieurs fois primé (en Belgique, au Canada, au Mexique, en Espagne), Jetlag est le troisième spectacle de Chaliwaté.

Le spectacle. Entre deux aéroports, de l’espace « peuplé » d’une zone de transit à l’espace confiné d’une cabine d’avion, un homme cherche à tromper sa solitude. Dans l’étourdissement et la confusion des déplacements, où l’espace et le temps se perdent, il rêve d’un nouveau départ. Un mouvement à trois protagonistes s’organise, dont l’intensité souligne l’isolement de l’homme en partance, ou en errance.

À travers une douzaine de tableaux qui nous emmènent dans la cabine passagers, le poste de pilotage ou le hall d’aéroport, la scénographie singulière de Jetlag relève le défi de marier le comique de situation au destin d’un personnage à rebours sur le reste du monde, épris de liberté et enivré d’insouciance, affranchi des conventions.

Avec une écriture chorégraphique millimétrée, le burlesque et l'absurde dominent ce spectacle sans paroles, où danse, cirque et théâtre gestuel s’entremêlent, sur le thème de la solitude.

Extraits de presse

Stradda : « Le jeu avec d’incroyables pièces d’avion est surréaliste jusqu’au sauvetage par parachute. Mais le plus saisissant est cette manière silencieuse de bouger, de se porter, de se comporter qui est unique à ce duo et ce solitaire. »

Le Soir (quotidien belge) : « Un imaginaire étourdissant de poésie visuelle, de trouvailles circassiennes, de mime imprévisible. (...) Quelle belle idée de plonger dans cette espace hors du temps, cet entre-deux où l’on n’est déjà plus vraiment ici mais pas encore là-bas ! Cette sphère de transit, les trois acrobates la remplissent de divagations cocasses, de sketchs hilarants, d’affrontements délirants. Il y a du Jacques Tati dans cette comédie aux couleurs acidulées, d’un minimalisme élégant. On peut y voir aussi des références à Charlie Chaplin et aux films muets. Entre deux aéroports, chaque tableau suit les pérégrinations d’un homme seul, malchanceux et désemparé, qui cherche à tromper sa solitude mais ne fait que s’y prendre les pieds. »

Cirque en Capital : « Envisageant l’art du mime comme une question plutôt que comme une réponse, la réjouissante équipe poursuit grâce à ce principe une très attachante aventure, à consommer… sans aucune mesure. »

<>


LA COMPAGNIE


La Compagnie Chaliwaté, créée en 2005, mène depuis ses débuts des activités de création, de recherche et de transmission. Chaque spectacle est le fruit d’une exploration qui s’effectue aussi bien sur les principes de jeu propres aux arts du geste, que sur le croisement de cette pratique avec d’autres formes scéniques : cirque, danse, théâtre d’objets.

Cette volonté de renouveau pour chaque projet s’accompagne d’un désir d’approfondir et de préciser un langage gestuel mettant l’accent, non sur la performance physique, mais sur les capacités suggestives et métaphoriques du corps, où chaque geste participe à nourrir la narration d’ensemble. La compagnie aspire à ce que chaque spectacle ait un univers et une éloquence physique distincts.