Joséphina

Cie Chaliwaté
Le 3 avril 2019 à Bouc-Bel-Air (13)

Théâtre gestuel


www.chaliwate.com


Prix SACD en Théâtre Gestuel 2018 à Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud pour l’ensemble de leurs spectacles.


Distribution
Auteurs, metteurs en scène et interprètes : Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud
Dramaturgie : Katya Montaignac
Conception décor : Karine Galarneau et Thiebault Vanden Steen
Création sonore : Nancy Bussières
Création lumière : Frédérick Gravel et Jérôme Dejean
Publics
Tout public/familial
scolaire
Durée
1h
Médiation
Ateliers : nous consulter
Mentions
Avec l'aide : la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la Culture, Service général de la Création artistique, Service du Cirque, des Arts Forains et des Arts de la Rue
Avec le soutien : l’Atelier, une formation à la réalisation de décors - devenirs.be - latitude50.be
Crédit photo : Thibaut Van Boxtel, Strange Milena SOFAM, St Neubauer

Théâtre gestuel

Au travers de jeux de mots et de gestes, d’ellipses et d’indices, une absente omniprésente, Joséphina, occupe l’espace… Que s’est-il passé trois mois plus tôt ?

Le spectacle. Au fil des partitions physiques, à demi-mot et à demi-geste, des fragments de vie et d’intimité sont dévoilés. Quelle piste suivre ou croire ? Empreintes gestuelles et traces sonores s’entremêlent, cherchant à révéler le fin mot de l’histoire…

Dans ce spectacle, un homme et une femme se croisent. Du flash back au cauchemar, des souvenirs épars aux désirs obsédants, le spectateur est libre de reconstituer le puzzle d’une relation rêvée ou passée, l’histoire d’un couple brisé ou idéalisé. Entre les empreintes fugaces et le fantasme, le geste et la parole cohabitent intimement au point de créer des croisements et glissements poétiques, des renversements de sens burlesques et des tableaux corporels d’un puissant impact visuel.

Extraits de presse

La Libre Belgique : « C'est à la fois beau, touchant, tendre et juste du premier au dernier mouvement. »

Le Soir (quotidien belge) : « Dans Joséphina, on comprend plus clairement pourquoi on « tombe » amoureux, et tout ce qu’il y a de délicieusement douloureux dans cette chute. (…) Impossible de ne pas avoir le béguin ! (…) On en ressort l’imaginaire tout revigoré et l’envie de vivre, à notre tour, l’amour comme une danse enflammée. »

<>


LA COMPAGNIE


La Compagnie Chaliwaté, créée en 2005, mène depuis ses débuts des activités de création, de recherche et de transmission. Chaque spectacle est le fruit d’une exploration qui s’effectue aussi bien sur les principes de jeu propres aux arts du geste, que sur le croisement de cette pratique avec d’autres formes scéniques : cirque, danse, théâtre d’objets.

Cette volonté de renouveau pour chaque projet s’accompagne d’un désir d’approfondir et de préciser un langage gestuel mettant l’accent, non sur la performance physique, mais sur les capacités suggestives et métaphoriques du corps, où chaque geste participe à nourrir la narration d’ensemble. La compagnie aspire à ce que chaque spectacle ait un univers et une éloquence physique distincts.