Odyssée

Cie À Tire-d'aile
Classique contemporain

Une plongée au coeur de la mythologie

Création 2017



Création le 7 octobre 2017
à la Mc2: Grenoble
,

Distribution
Adaptation et mise en scène : Pauline Bayle d'après Homère
Mise en scène : Pauline Bayle
Assistante mise en scène : Isabelle Antoine
Avec : Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin, Viktoria Koslova, Alex Fondja, Yan Tassin
Scénographie : Pauline Bayle
Assistante scénographie : Lorine Baron
Lumières : Pascal Noël
Costumes : Camille Aït
Publics
Tout public et scolaire à partir de 15 ans
Durée
Tout public : 1h45
Scolaire : 1h45
Médiation
Ateliers et interventions pédagogiques : Nous consulter
Mentions
Coproductions : Compagnie À Tire-d'aile, MC2: Grenoble, Scène nationale d'Albi, La Coursive-Scène nationale-La Rochelle, TPA - Théâtre Sorano, TDC - Théâtre de Chartres.
Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Île-de-France et de L'ADAMI
Crédit photo : Lorine Baron

Une adaptation puissante

Après dix années de guerre à forger sa valeur dans le fer et la douleur, Ulysse veut rentrer chez lui. En quittant les rives de Troie, il espère que le retour sera aussi prompt que la guerre a été longue. Mais voilà neuf ans qu'il erre en vain sur la mer et que sa terre natale se dérobe sans cesse sous les plis de la mer. Alors Ulysse s'inquiète : et s'il avait traversé une guerre dont on ne revient pas ? Et si, malgré sa valeur, il n'avait pas de quoi payer le prix du retour ?

Tandis que L'Iliade raconte comment faire la guerre, L'Odyssée raconte comment en revenir. Au fil des péripéties d'Ulysse se tisse le portrait d'un homme fait de creux et de contradictions qui, soumis aux vents contraires du destin, est prêt à tout pour sauver sa vie et retrouver les siens.

Extraits de presse

<>


NOTE DE MISE EN SCENE


Bien qu'écrites par le même poète, les deux oeuvres n'ont rien à voir : tandis que L'Iliade met en scène les différents aspects de la force à travers la fgure d'Achille, cette « machine de guerre, avec ses mains de feu et son courage de fer », L'Odyssée déploie les mille-et-un visages de la ruse à travers Ulysse, un héros qui ne brillera jamais tant par sa gloire que par sa capacité à s'en sortir.

Détachée du contexte exceptionnel de la guerre, L'Odyssée donne ainsi à voir un homme en tant de paix qui évolue dans son environnement naturel, questionnant la place de l'homme mortel sur Terre. En cela, les aventures d'Ulysse n'ont rien d'un périple hasardeux qui le bringuebalerait aux quatre coins du monde. Au milieu du foisonnement de ses péripéties se tisse en effet le portrait d'un homme fait de creux et de contradictions qui, soumis aux vents contraires du destin, est prêt à tout pour sauver sa vie et retrouver les siens. Et toujours cette interrogation lancinante qui le guette : et si les épreuves et l'absence avaient creusé entre lui et le monde un fossé trop profond pour être comblé ?

Poursuivre un processus commencé avec L'Iliade en novembre 2015 en s'attelant cette fois-ci à l'adaptation de L'Odyssée me semble évident. Cette deuxième étape de travail permettra à la fois d'approfondir la proposition d'Iliade et à la fois de l'amener sur des territoires de création encore vierges, propres à cette deuxième épopée. In fne, cette nouvelle création sera le moyen de représenter ces deux oeuvres fondamentales dans la continuité l'une de l'autre sous la forme d'un diptyque.

En ces temps où la contestation et la révolte s'immiscent dans l'espace public tandis que les inégalités se creusent et que le repli sur soi-même menace, et si la voix d'Homère venait allumer la lueur d'une nouvelle perspective ?

Pauline Bayle