Odyssée

Cie À Tire-d'aile
Classique contemporain

Une plongée au coeur de la mythologie

Création 2017


www.compagnie-atiredaile.com


Création le 7 octobre 2017
à la Mc2: Grenoble


Distribution
Adaptation et mise en scène : Pauline Bayle d'après Homère
Mise en scène : Pauline Bayle
Assistante mise en scène : Isabelle Antoine
Avec : Manon Chircen, Soufian Khalil, Viktoria Kozlova, Mathilde Méry, Loïc Renard
Scénographie : Pauline Bayle
Assistante scénographie : Lorine Baron
Lumières : Pascal Noël
Costumes : Camille Aït, Élise Cribier-Delalande
Publics
Tout public à partir de 12 ans
Scolaire à partir de 14/15 ans
Durée
Tout public : 1h35
Scolaire : 1h35
Médiation
Ateliers et interventions pédagogiques : Nous consulter
Mentions
Coproductions : Compagnie À Tire-d'aile, MC2 Grenoble, Scène nationale d'Albi, La Coursive-Scène nationale-La Rochelle, TPA - Théâtre Sorano, Théâtre de Chartres et Espace 1789 – scène conventionnée de Saint-Ouen
Avec le soutien : du ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Île-de-France, de l'Adami, d'Arcadi Île-de-France, de Fontenay-en-Scènes / Fontenay-sous-Bois
Avec le dispositif d'insertion : de l'École du Nord, soutenu par la Région Hauts-de-France et le Ministère de la Culture
Avec la participation artistique : du Jeune théâtre national
La Cie À Tire-d'aile est en résidence : à l'Espace 1789, scène conventionnée de Saint-Ouen, avec le soutien du Département de la Seine Saint-Denis
Crédit photo : Lorine Baron, Simon Gosselin

Une adaptation puissante

Après dix années de guerre à forger sa valeur dans le fer et la douleur, Ulysse veut rentrer chez lui. En quittant les rives de Troie, il espère que le retour sera aussi prompt que la guerre a été longue. Mais voilà neuf ans qu'il erre en vain sur la mer et que sa terre natale se dérobe sans cesse sous les plis de la mer. Alors Ulysse s'inquiète : et s'il avait traversé une guerre dont on ne revient pas ? Et si, malgré sa valeur, il n'avait pas de quoi payer le prix du retour ?

La pièce. Tandis que L'Iliade raconte comment faire la guerre, L'Odyssée raconte comment en revenir. Au fil des péripéties d'Ulysse se tisse le portrait d'un homme fait de creux et de contradictions qui, soumis aux vents contraires du destin, est prêt à tout pour sauver sa vie et retrouver les siens.

Extraits de presse

Télérama TT : « Le poème est admirablement massacré, comme au combat, tronçonné, revivifié dans une cérémonie gore et parfois vaudevillesque qui rend Homère accessible, proche, savoureux. »

Télérama Sortir TT : « Ce qui l’emporte, c’est bien cette certitude que devant nous s’est déroulée une représentation bruyante, excessive, débordante. Bref, vivante. »

Les Échos : « En trois heures chrono, Pauline Bayle et ses cinq jeunes comédiens surdoués nous font vibrer au rythme des chants d’Homère. Dans un décor minimal et astucieux, rencontre inédite avec les héros et les dieux. »

Le Monde : « C’est un Ulysse plein de vigueur théâtrale et humaine, un retour sur soi et l’autre dans un monde où la prometteuse Pauline Bayle n’a pas peur du combat »

Mouvement : « Dans une esthétique qui frôle, dans son épure, une forme d’Arte povera, les mêmes ingrédients reviennent comme passés au shaker et font déjà signature : intensité des acteurs qui changent de rôle sans crier gare, langue fleurie et puissante portée en étendard, matières savamment choisies et changées en symboles. »

Médiapart : « C’est là un théâtre dont l’acteur est le pivot et où l’ensemble fait immédiatement chœur ou commando, lequel se forme par intermittences au service du récit, du langage oral et du rythme ainsi toujours soutenu, maintenu sur le feu, à vif »

Les Inrockuptibles : « L’Iliade et l’Odyssée revisitées avec une audace radicale.(...) Les deux pièces forment un captivant diptyque où les corps possédés font théâtre de toutes les situations pour nous entraîner des sanglantes batailles de la guerre de Troie aux mythiques péripéties du retour d’Ulysse dans son île d’Ithaque. »

Transfuge : « Il y a du sang neuf dans cette lecture, qui fait exister le texte dans toutes ses variétés de registre, du tragique à l’humour, et joue d’ingénieux détournements des genres et des identités [...] La virtuosité avec laquelle les comédiens sautent à pieds joints dans chaque rôle trouve son apogée dans l’Odyssée. »

<>


NOTE DE MISE EN SCENE


Bien qu'écrites par le même poète, les deux oeuvres n'ont rien à voir : tandis que L'Iliade met en scène les différents aspects de la force à travers la fgure d'Achille, cette « machine de guerre, avec ses mains de feu et son courage de fer », L'Odyssée déploie les mille-et-un visages de la ruse à travers Ulysse, un héros qui ne brillera jamais tant par sa gloire que par sa capacité à s'en sortir.

Détachée du contexte exceptionnel de la guerre, L'Odyssée donne ainsi à voir un homme en tant de paix qui évolue dans son environnement naturel, questionnant la place de l'homme mortel sur Terre. En cela, les aventures d'Ulysse n'ont rien d'un périple hasardeux qui le bringuebalerait aux quatre coins du monde. Au milieu du foisonnement de ses péripéties se tisse en effet le portrait d'un homme fait de creux et de contradictions qui, soumis aux vents contraires du destin, est prêt à tout pour sauver sa vie et retrouver les siens. Et toujours cette interrogation lancinante qui le guette : et si les épreuves et l'absence avaient creusé entre lui et le monde un fossé trop profond pour être comblé ?

Poursuivre un processus commencé avec L'Iliade en novembre 2015 en s'attelant cette fois-ci à l'adaptation de L'Odyssée me semble évident. Cette deuxième étape de travail permettra à la fois d'approfondir la proposition d'Iliade et à la fois de l'amener sur des territoires de création encore vierges, propres à cette deuxième épopée. In fne, cette nouvelle création sera le moyen de représenter ces deux oeuvres fondamentales dans la continuité l'une de l'autre sous la forme d'un diptyque.

En ces temps où la contestation et la révolte s'immiscent dans l'espace public tandis que les inégalités se creusent et que le repli sur soi-même menace, et si la voix d'Homère venait allumer la lueur d'une nouvelle perspective ?

Pauline Bayle