T'es pas né !

Cie du Timon
Seul en scène

Un spectacle plein d’humour et de tendresse sur l’enfance et la difficulté de s’affirmer.



Ce spectacle sera présenté
au Festival d'Avignon 2016.


Tous les jours à 19h20,
à La Luna.


Distribution
Texte et interprétation : Philippe Maymat
Mise en scène : Laurent Fraunié
Lumière : Thierry Capéran
Son : Madame Miniature
Publics
Tout public
scolaire/jeune public à partir de 8 ans
Durée
Tout public : 1h15
Médiation
Bord de scène : nous consulter
Ateliers : nous consulter
Mentions
Coproductions : Compagnie du Timon et Théâtre de Belleville
Avec le soutien : de la Maison des Métallos
Remerciements : au Carré-Scène Nationale de Château-Gontier, à la Compagnie Tamèrantong !
Crédit photo : Pierre Grosbois

Histoires de frangins

Les affres de la fratrie servies sur un plateau drôle, cruel… et vintage !

L'histoire : Un matin, sur le chemin de l’école, Philippe, sept ans, s’entend dire par son frère aîné une petite phrase qui le cloue sur place : « T’es pas né ! ».

Englué dans ce soudain doute existentiel, cet enfant des années 70 va réaliser un parcours héroïque pour se dépatouiller de l’emprise de son aîné.

Loin du regard des parents, ce duel sans merci, arbitré tant bien que mal par la petite soeur qui aimerait bien en placer une, amènera-t-il à Philippe, à force de batailler, la reconnaissance de son grand frère ?

Extraits de presse

France Culture : « Drôle et profondément émouvant. »

Le Figaro : « Une pépite. Un moment simple et franc. »

L'Humanité : « Une belle énergie. Un joyeux apprentissage. »

Le Pariscope : « On sourit beaucoup au cours de cette aventure intime qui tutoie l'universel et ravive les mémoires. »

Froggy's Delight : « Philippe Maymat met le paquet question interprétation. Pari réussi ! »

Radio Soleil : « Un coup de cœur. C'est très bien écrit et joué. Un beau spectacle ! »

Webtheatre : « Philippe Maymat fait surgir par affleurement et avec humour, les frayeurs et saveurs d’une histoire d’enfance cruelle, drôle et tendre. »

PianoPanier : « Un savoir-faire délicat et discret, un jeu précis, sans fausse note, et plein de tendresse. »

<>


NOTE DE MISE EN SCENE


T’es pas né ! est une comédie construite en une douzaine de tableaux, douze pierres posées sur le chemin escarpé qu’un enfant

Découvrir qu’il n’est pas le petit-fils de Hans Andersen… Attaquer le 7e de Cavalerie du Général Custer sous les orages d’Auvergne… Valdinguer sur les tatamis du club de judo… Défier les nuits de pleine lune la terrifiante Dame Blanche qui hante le jardin de sa grand-mère… Défendre son premier amour au péril de sa vie contre l’éternel rival… Découvrir la puissance politique d’un perchiste polonais pendant les JO de Moscou... Ne jamais admettre qu’une « bobinettechéra », ça n’existe pas… Survivre à une insupportable soirée footballistico-sévillane de 1982…Voilà quelques unes des épreuves de ce parcours du combattant auquel l’enfant va devoir s’atteler pour prouver à son aîné, et donc au monde entier, et finalement, à lui-même qu’il est bel est bien né !
Grandir, en fait

Quelle est la distance qui sépare la fratrie de la fraternité ?
Quel est l’écart à combler pour que les liens du sang fassent place aux
sentiments ?
Comment nous façonnons-nous mutuellement, « précédents et suivants », en grandissant côte-à-côte ?
Au-delà de chaque histoire, qu’il y a-t-il d’universel dans ce besoin viscéral d’être reconnu de l’autre ?
Qu’est ce qui se joue, là, durant ces années déterminantes pour l’enfant ?

Jouer.

C’est évidemment l’un des mots-clefs de cette aventure. Jouer, s’amuser de ces expériences foisonnantes pour faire rejaillir chez chacun le frisson d’une enfance parfois enfouie ou brûlante, heureuse ou chaotique, mais qui nous permet, à nous les « grands », quand on l’évoque avec bienveillance, de s’en détacher sans l’oublier, et de construire nos vies d’adultes.

L’écriture est construite sur une double alternance entre dialogues et action d’une part, intériorité et confidences d’autre part. Les personnages sont donc animés dans leur présent, il ne s’agit pas de la narration passéiste d’une enfance nostalgique. Chaque étape gravie par le héros l’est par l’action et sa mise en danger.

Philippe MAYMAT