Tigrane

Cie Lisa Klax
Du 23 octobre au 8 décembre 2019
Au Lucernaire à Paris à 21h

Prix Lucernaire-Terzieff 2018
Prix Réseau la Vie devant Soi 2019
Distribution
Texte et mise en scène : Jalie Barcilon
Avec : Eric Leconte, Soulaymane Rkiba et Sandrine Nicolas
Collaboration artistique : Sarah Siré
Création lumière : Jean-Claude Caillard
Scénographie et création plastique : Laura Reboul
Regard chorégraphique : Thomas Chopin
Création costumes : Alexandre Chagnon
Création sonore : Sophie Berger
Administration : Gingko Biloba : Bérénice Marchesseau
Accompagnement au projet : Les yeux dans les Mots - Jonathan Boyer
Publics
à partir de 13 ans
Durée
1h20
Médiation
Ateliers et interventions : Nous consulter
Mentions
Production : Compagnie Lisa Klax
Coproduction : Saison Culturelle de Bayeux (14), L’ESTRAN – Guidel (56) – Prix Lucernaire-Terzieff – Pascale de Boysson 2018. Ce spectacle est le lauréat 2019 du réseau francilien « La vie devant soi » (10 théâtres en Ile-de-France) – En co-réalisation avec : le Théâtre Dunois et le Théâtre Lucernaire.
Avec le soutien de : la Région Normandie, de la DRAC Ile-de-France, de la Ville de Paris, de la Région Bretagne (dispositif de soutien à la coproduction mutualisée), du Conseil Général du 76, de l’Ecole ESCA – Studio d’Asnières, du Théâtre le Pilier, de la SPEDIDAM, de l’ADAMI
Créé en résidence à : l'Espace Commediamuse (Petit Couronnes – 76) – l’ESTRAN -Guidel (56) – Théâtre Municipal Berthelot (Montreuil-93) – Saison Culturelle de Bayeux (14)

Pour l’écriture de « Tigrane », Jalie Barcilon a bénéficié d’une résidence à la Bibliothèque Armand Gatti (DRAC PACA) et de l’accompagnement du collectif à mots découverts. Tigrane fait partie de la sélection par le Comité de lecture tout public des Ecrivains associés du Théâtre
Crédit photo : Pauline Le Goff

Théâtre contemporain

Tigrane, 17 ans, a disparu. Au bord d’une falaise, on ne retrouve que son skate et ses bombes de peinture.

Le spectacle. Depuis un an, Isabelle, jeune professeure, dompte ce garçon provocateur. En s’essayant au dessin, il avait découvert Basquiat et le Caravage, il semblait apaisé. La rencontre avec l’art produit un électrochoc. Un premier pas vers l’émancipation. Mais comment croire en soi quand on est écartelé entre un père ravagé et les a priori de la société ? Peut-on s’appeler Tigrane Faradi et faire une grande école d’Art ?
À partir d'ateliers menés avec des jeunes en décrochage scolaire et la constatation d'inégalités criantes, Jalie Barcilon propose avec Tigrane une pièce haletante sur un adolescent à vif et la nécessité de s’émanciper pour accéder à ses rêves.

<>


NOTE DE L'AUTEUR


Ce texte est né d’une histoire intime, celle d’une jeune fille de 15 ans qui a grandi dans une famille fragile. Après avoir appris qu’elle redoublait, elle s’est suicidée. Quinze ans après, cette pièce s’est imposée à moi comme une nécessité, comme un cri. J’ai voulu poser la question : qu’est-ce qui l’a conduite à ce geste ? Pourquoi le monde lui est-il apparu si hostile ? L’école représente tout pour un jeune, alors quand sa famille est fragile et que son parcours scolaire est difficile, comment peut-on l’ aider ?

Ce texte est né d’une colère face à notre système très élitiste. En France, les inégalités scolaires sont criantes. Jusqu’au Bac, je côtoyais des jeunes « issus de la diversité », puis une fois entrée dans le monde de l’art, c’en était fini. Tout le monde était « blanc » autour de moi. Face à ce déséquilibre, j’ai voulu faire entendre les jeunes. De 2014 à 2017, j’ai récolté leurs paroles dans toute la France. Je leur ai posé la question de la famille, de l’école, de l’avenir et de l’Art. J’ai découvert une vraie énergie créatrice, un vrai goût pour les oeuvres d’art et j’ai voulu témoigner de cela. Si les artistes sont là pour représenter le monde, notre monde doit être représenté par toutes les strates de la société.

Ce texte est une ode à la poésie et à l’amour. Parce que c’est un jeune qui grandit dans un monde fait de manque et de dureté, Tigrane se raccroche à la seule personne qui lui offre une perspective lumineuse, sa professeure. Pour elle, il se met à créer, à dessiner, à rêver d’émancipation. Mais voici qu’il tombe amoureux. Tigrane parle de loyauté familiale, d’un amour fou et de la résilience à travers l’art.

Jalie Barcilon