L'inversion de la courbe

Compagnie La Poursuite du Bleu

Partout où il passe, les chiffres le disent, Paul-Eloi est au sommet. Lorsqu’il se fixe des objectifs, c’est pour les atteindre et les dépasser. Tout dans sa vie est en pleine croissance, autant qu’une célèbre courbe qui commence à l’inquiéter…

L’Inversion de la courbe est une comédie satirique qui aborde l’omniprésence de la productivité dans notre quotidien et le traitement réservé à ceux qui auraient oublié de faire mieux aujourd’hui qu’hier.

THÉÂTRE CONTEMPORAIN

Tout public
À partir de 12 ans
Durée : 1h20

▶ Dossier
▶ Revue de presse
www.lapoursuitedubleu.fr

NOTE D’INTENTION

Le déclassement social est un sujet tabou. Il indique que personne n’est à l’abri quand tous les discours, à sens inverse, disent qu’il suffit de vouloir pour pouvoir.

Plutôt que de vouloir raconter le déclassement, j’ai voulu comprendre les raisons de son silence. Toutes les personnes accompagnées par les Petits Frères des Pauvres que nous avons rencontrées pour récolter leurs témoignages, toutes, m’ont demandé le respect de leur anonymat. C’est bien qu’il y a là quelque chose d’ineffable.

Je me suis donc interrogé sur notre rapport à la productivité et sur les raisons pour lesquelles nous taisons, avec grande application, notre faillite du rebond, notre capacité à produire du déclassement. Puis je me suis demandé : n’y-a-t-il pas, dans un monde qui passe son temps à tout mesurer, une propension accrue au burn-out, au dérapage ? Nous comptons tous et tout le temps : nos objectifs au travail, notre nombre de pas, notre rythme cardiaque, la vitesse moyenne de notre footing dominical. Les notions de repos et d’inutilité tendent à disparaître ou, du moins, nous nous efforçons de les faire disparaître, le tout à grand renfort de i-téléphones, i-applications et i-objets. Quelle place l’improductivité peut-elle avoir dans un tel quotidien ?

Pour aborder le parcours tragique et classique de celui qui a tout et se retrouve dépossédé, il fallait que l’inversion de la courbe dont on nous parle tant soit à la fois proche et lointaine pour celui qui ne s’en est jamais soucié sous prétexte que ça n’arrive qu’aux autres.

Pour rendre tous les chiffres visibles, nous travaillons avec le numérique, avec la vidéo et le motion design au plateau, comme une manière de traiter le mal par le mal. Nous avons utilisé ce matériau pour esquisser mais jamais pour tracer : il suggère des lieux, des espaces, des idées tout en laissant une grande place à l’imaginaire du spectateur. Enfin nous avons laissé le champ libre aux acteurs : aucune didascalie dans le texte, un décor minimaliste et des projections en motion design suggestives. Et c’est tout naturellement que dans cette invasion numérique qui nous pousse à bout, nous avons souhaité évoquer la vanité de cette fuite en avant en plaçant notre héros bien au centre de la scénographie, dépensant toute son énergie au club médical gym, comptant chaque calorie dépensée en s’acharnant sur un vélo d’appartement… qui n’avance pas.

Samuel Valensi

LE FIGARO MAGAZINE : Ce jeune auteur – metteur en scène traite [le sujet du déclassement social], dans l’esprit comme dans la lettre (écriture et scénarisation) avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité.

L’EXPRESS : Des saynètes caustiques et ciselées où se multiplient les seconds rôles très bien interprétés.

THÉÂTRE CÔTÉ COEUR : Avec justesse, réalisme et humour, Samuel Valensi libre une comédie satirique du quotidien du salarié, servie avec brio par de talentueux comédiens.

FRANCE INFO TV : Un coup de coeur !

FROGGY’S DELIGHT : Critique mordante et convaincante d’une société qui tourne à l’envers.

RADIO NOVA : Les mots justes, les mots de ceux qui ont été happés par ce système d’hyperproductivité.

LE MOUV : Une pièce pleine d’émotion, juste.

DISTRIBUTION

Écriture et mise en scène : Samuel Valensi
Collaboration Artistique : Brice Borg
Avec : Michel Derville, Paul-Eloi Forget, Alexandre Molitor et Maxime Vervonck en alternance avec June Assal
Création Décors et Scénographie : Julie Mahieu
Création Lumières : Anne Coudret assistée d’Angélique Bourcet
Création Vidéo : Alexandre David
Musique : Léo Elso & Samuel Valensi

MENTIONS

Production : La Poursuite du Bleu – Mehdi Boufous & Samuel Valensi
Avec le soutien de : l’ADAMI, la SPEDIDAM, le Théâtre de Belleville, le Théâtre Artistic Athévains,
le Théâtre Ouvert, la ville de Paris, la ville de Jouy-en-Josas, l’ESAD, le PSPBB, l’association des Petits Frères des Pauvres

Théâtre de Belleville à Paris (75)
DU 6 AU 30 OCTOBRE 2021
mercredi à 21h15
jeudi à 21h15
vendredi à 21h15
samedi à 21h15

Crédits photos : Jules Despretz