LA FERME DES ANIMAUX

Caliband Théâtre

La Ferme des animaux, oeuvre classique de Georges Orwell étudiée au collège, met en œuvre le mécanisme de soumission, de contrôle et de manipulation d’une communauté. Caliband Théâtre adapte cette fable au plateau pour proposer une manière ludique et non moralisatrice de sensibiliser tous les publics, principalement les plus jeunes, à devenir des sentinelles de la mémoires et du passé, de l’avenir et de ses dangers.

« Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres. » La Ferme des animaux, Georges Orwell

THÉÂTRE CONTEMPORAIN

CRÉATION NOVEMBRE 2024
L’Espace Culturel François Mitterrand de Canteleu

Tout public
Durée : 1h15

Familial et scolaire

▶ Dossier
▶ Site de la compagnie

NOTE D’INTENTION

Puisqu’il s’agit d’une fable animalière, l’important est de trouver le biais qui permette de traduire cette histoire simplement sur le plateau : Rester dans les limites du récit, du conte oral, sans l’illustrer au premier degré. Un comédien narrateur prend en charge le récit, tel un « chroniqueur » ou récitant du déroulé narratif.

La Ferme des animaux est un condensé de nos sociétés. Une parabole qui met aussi en jeu la communication politique, la manipulation des idées et des individus, la propagande des idéologies et des lois, des règles et des « commandements », l’écriture ou la réécriture de l’histoire et de sa vérité, c’est donc un récit qui permet de s’interroger sur l’absence ou non d’esprit critique, de libre-arbitre et de lucidité, de marge de manœuvre ou d’action, d’une population ou d’une communauté face au discours politique dominant.

Cette adaptation sera encore l’occasion de jouer avec les codes du récit et de la fable ; en jouant ici avec les références d’un univers ancré dans la mythologie du western américain.

La scénographie dépouillée est un lieu de projections et d’images : des dessins viennent ponctuer l’histoire, comme dans un livre d’images pour enfants. Le comédien déroule le récit avec l’aide d’un projecteur Pani, à la manière d’un conteur forain du Far west. L’ambiance se fait également de manière sonore et musicale, avec un musicien guitariste qui accompagne le récit.

Le jeu se nourrit de l’humour du texte pour accentuer la force de cette histoire, le plaisir de la fable et de la farce : garder l’intensité du conte, comme s’il se jouait dans l’instant, en faisant du public un acteur et une part du lieu même de la ferme, notamment dans l’adresse, puisque le glissement totalitaire se fait principalement par les discours de propagande (Ceux de Napoléon le dictateur et ceux de Beau-Parleur auprès de la communauté des animaux, ici le public).

La mise en scène nourrit la tragi-comédie du déroulé narratif avec le décalage, mais en gardant la force et l’impact de la parabole sur le plan politique.

Un ancrage dans un dispositif inspiré par les univers cinématographiques de western ou ceux des Frères Cohen permet de créer la distance nécessaire pour faire vivre avec d’autant plus de force ce texte dans l’imaginaire mais aussi pour nourrir les à-côtés et pour s’approprier la matière du récit avec légèreté.

Cela permet de nourrir un décalage pour emmener le récit ailleurs : dans un univers de légendes propre à la naissance d’une culture américaine qui a façonné notre imaginaire avec les films, mais qui renvoie aussi à la violence constitutive de la construction d’une société et d’une nation. La Ferme du texte renvoie ici à cette imagerie de western et de Far West, donnant une couleur ludique et décalée au récit.

Il faut mettre en avant le texte sans autre artifice : un comédien-récitant, un musicien, juste une scénographie simplifiée et mise en lumière, où la projection des dessins et des titres de chapitres rythme le récit, comme dans un livre pour enfants.

Mathieu Létuvé

DISTRIBUTION

Adaptation, jeu et mise en scène : Mathieu Létuvé
Régie et création sons musique live : Renaud Aubin
Dessins : Oscar Létuvé
Création lumières : Éric Guilbaud
Regard extérieur : Nicolas Bonneau

MENTIONS

Production : Caliband Théâtre
Soutiens: L’Espace Culturel François Mitterrand de Canteleu, Le Sillon de Petit-Couronne, La Cidrerie de Beuzeville, l’Espace Philippe Torreton de Saint-Pierre-les-Elbeuf, la Communauté de Communes de l’Andelle

La Compagnie Caliband Théâtre est conventionnée par la Ville de Rouen et la Région Normandie.

Crédits photos : Michael Leclere